Cérémonie de crémation collective du 1er juillet 2017

Le « cercueil » a été préparé le 30 Juin 2017 à la Chambre Mortuaire du CHRU de Lille. Les corps des enfants mort-nés ont été déposés dans le cercueil. Chacun a été enveloppé dans un drap blanc, et accompagné des doudous, fleurs et peluches confiés par leurs parents et leurs proches.

La crémation a eu lieu le 30 juin 2017 au crématorium d’Herlies.

Ce samedi 01 Juillet au matin, près de vingt personnes se sont réunies au crématorium d’Herlies pour la cérémonie organisée par l’association Nos Tout-Petits et le crématorium communautaire, en hommage aux tout-petits dont le corps avait fait l’objet, la veille, d’une crémation.

La salle de cérémonie avait été gracieusement mise à notre disposition par la Communauté Urbaine de Lille.

Les bénévoles avaient préparé une table sur laquelle était installée une grosse bougie allumée, représentant la place singulière qu’a chaque tout-petit pour nous.

Maryse, vice-présidente, a pris la parole pour débuter cette rencontre.

Nous sommes réunis, ce samedi 1er juillet 2017, pour célébrer ensemble une cérémonie d’adieu à l’intention de 46 tout-petits dont les corps ont fait l’objet hier d’une crémation. »

Les bénévoles d’accompagnement de l’association Nos Tout-Petits : Agnès, Caroline, Huguette et Maryse, eux-mêmes parents endeuillés ou soignants de périnatalité, les professionnels du crématorium d’Herlies, vous accompagnent, vous parents et proches de ces tout-petits pour leur ultime passage : Anaïs, Augustin, Camille, Capucine, Elliott, Erwan, Ethan, Jules, Lenny, Léon, Liséa, Lya, Matthias, Paul, Patience, Tom, Yannis…….tous les autres qui n’ont pu être prénommés et en pensées avec Alice, Lilou, Ethan et Emile tout-petits des bénévoles présents. »

A vous, nos tout-petits,
Vous qui n’avez pas vécu et qui n’avez pas connu notre monde
Pour votre dernier adieu,
Nous nous sommes déplacés pour vous accompagner.
Nous avons pris soin de vous, chacun de notre place et à notre manière
Vous êtes partis entourés des objets (peluches, photos, mot d’amour, doudous, rose blanche…) remis par vos parents et vos proches et déposés près de vous
Nous sommes là pour vous dire adieu, au nom de notre commune humanité
Pour que vos départs s’inscrivent dans nos vies,
Chacun vous avez une place unique, singulière, particulière dans nos cœurs,
Symbolisée par ces petites lumières.

Caroline, bénévole, a ensuite lu le texte Au bord du vide de Paul Eluard

Nous voici aujourd’hui au bord du vide
Puisque nous cherchons partout le visage
que nous avons perdu.

Il était notre avenir et nous avons perdu notre avenir.
Il était des nôtres et nous avons perdu
cette part de nous-mêmes.
Il nous questionnait et nous avons perdu sa question.

Nous voici seuls, nos lèvres serrées sur nos pourquoi.
Nous sommes venus ici chercher,
chercher quelque chose ou quelqu’un.
Chercher cet amour plus fort que la mort.

Puis ce fut la chanson Tu es partie de Gérard Darmon.

Huguette a ensuite lu le texte Qui es-tu ?, extrait de « L’enfant ombre », de P. E. Thomèse.

Tu t’es retirée du monde pour te confier de nouveau à nous.
Ce que tu as délaissé, c’est un avenir qui n’advient plus à personne, une vie inhabitée qui existera toujours sans jamais laisser la moindre trace.
Apparue sans laisser de trace.
Désormais le monde se compose de lieux où tu n’es pas, le temps, de moments passés sans toi.
Notre monde est devenu un monde intérieur. C’est là que nous conservons ce qui, à l’extérieur, n’a plus droit à l’existence. (…)
Ce que nous cherchons ne se trouve plus que dans nos pensées, et non dans le monde qui nous entoure. (….)
Le silence crie que tu es encore là, le vide te cache dans chaque espace libre.
Tu n’es nulle part, car tu es partout.

Sur la musique I cried for you de Katie Melua, chaque parent a été invité à venir chercher un lumignon et l’allumer à la flamme de la bougie qui symbolise cette place singulière qu’a chaque tout-petit pour nous. Ensemble, nous nous sommes recueillis autour de cette présence.

Chacun des 46 bébés était représenté par un lumignon.

A suivi la lecture par Agnès du texte Des étoiles qui savent rire d’Antoine de Saint Exupéry

Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes.
Pour les uns, qui voyagent, les étoiles sont des guides,
Pour d’autres, elles ne sont rien d’autre que de petites lumières.
Pour d’autres qui sont savants, elles sont des problèmes.
Pour mon businessman, elles étaient de l’or.
Mais toutes ces étoiles là se taisent.
Toi, tu auras des étoiles
comme personne n’en a…quand tu regarderas le ciel, la nuit,
puisque j’habiterai dans l’une d’elles,
puisque je rirai dans l’une d’elles,
Alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.
Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire !

Les parents ont pu écouter Pas de mots de Lynda Lemay avant la lecture par Maryse de L’absent d’Eileen Cicoli.

Vous pouvez verser des larmes parce qu’il est parti, ou
Vous pouvez sourire parce qu’il est venu.
Vous pouvez fermer les yeux et prier pour qu’il revienne, ou
Vous pouvez ouvrir les yeux et voir ce qu’il nous a laissé.
Votre cœur peut-être vide parce que vous ne pouvez le voir, ou
Il peut être plein de l’amour que vous avez partagé.
Vous pouvez tourner le dos à demain et vivre hier, ou
Vous pouvez être heureux demain parce qu’il y a eu hier.
Vous pouvez vous souvenir de lui et ne penser qu’à son départ, ou
Vous pouvez chérir ce souvenir et le laisser vivre.
Vous pouvez pleurer et vous fermer, ignorer et tourner le dos, ou
Vous pouvez faire ce qu’il aurait voulu :
Sourire, ouvrir les yeux, aimer et continuer.

Après une dernière chanson, Confidentiel de Jean-Jacques Goldman, les parents et proches, comme geste d’adieu et ultime regard, ont été invités à aller déposer les fleurs à la stèle « Nos Tout-Petits » afin d’inscrire ce moment et ce lieu dans leurs cœurs et leurs mémoires.

Devant la stèle, Maryse a lu Les empreintes des pas des enfants, de Dorine Sexton (in Grieving the child I never knew).

Certains enfants ne font qu’un bref passage dans nos vies.
D’autres restent quelques temps.
Tous nos enfants laissent dans nos vies l’empreinte de leurs pas.
Certaines, oh, si petites,
D’autres un peu plus grandes,
D’autres encore plus grandes.
Mais tous laissent l’empreinte de leurs pas dans nos vies,
dans nos cœurs.
Et nous ne serons jamais plus les mêmes.

Nous avons clos cette rencontre par un moment de convivialité.