Crémation collective du 20 mars

Comme prévu initialement, la crémation collective des tout-petits décédés a eu lieu ce matin à 9h00 au crématorium d’Herlies.
 
L’actualité nous empêchant d’organiser pour l’instant la cérémonie prévue pour ces tout-petits, nous vous proposons de vous joindre à une communion de pensées, par exemple en allumant une bougie, demain, samedi 21 mars, à 10h00, c’est-à-dire l’heure à laquelle notre cérémonie aurait dû débuter.
 
Nous vous communiquerons la date de report de cette cérémonie dès que l’actualité et le crématorium nous autoriseront à l’organiser.
 
Nous en profitons pour remercier tous les personnels, hospitaliers ou du crématorium, qui se sont occupés de ces tout-petits.
 
Affectueusement,
L’équipe de Nos tout-petits

Annulation de la Cérémonie de crémation collective du 21 mars

Compte tenu de l’actualité liée au Covid-19 (coronavirus) et des mesures prises (et sans doute à venir) par le gouvernement, nous sommes contraints d’annuler la cérémonie de crémation collective initialement prévue le samedi 21 mars à Herlies.
 
Notre Assemblée générale qui devait se tenir le 26 mars est également annulée.
 
Nos bénévoles restent toutefois joignables via contact@nostoutpetits.fr.
Notre site (www.nostoutpetits.fr) et notre groupe Facebook (https://www.facebook.com/groups/334232733325930/) continuent eux aussi à fonctionner.
N’hésitez pas à vous en servir en cas de besoin !

Livre “La rentrée de Tom, bébé secoué”

Nous relayons ici la campagne de financement et de pré-vente du livre “La rentrée de Tom, bébé secoué” : https://fr.ulule.com/la-rentree-de-tom-bebe-secoue/.

En voici une brève présentation par son auteur, un papa concerné de près par ce drame :

“La rentrée de Tom, bébé secoué”, c’est l’histoire d’un garçon de 6 ans handicapé faisant sa première journée à l’école. Au fil des pages, Tom va découvrir l’école, la récréation et l’amitié. Une amitié qui nait des interrogations de Simon pour comprendre pourquoi Tom marche avec des béquilles alors que ses jambes ont l’air normales.

Le dialogue entre Simon et Tom permet de poser, avec des mots simples, ce qu’est le syndrome du bébé secoué.

N’hésitez pas à consulter la page de la campagne (et la page Facebook dédiée), à participer si le cœur vous en dit et à en parler autour de vous pour toucher les familles concernées de près ou de loin.

Formation pour l’accompagnement des fratries endeuillées, organisée par Nos tout-petits d’Alsace

L’association Nos tout-petits d’Alsace, présidée par Dominique Merg, organise une formation « Accompagnement des fratries endeuillées », qui sera animée par Cécile Séjourné, psychologue et spécialiste du deuil chez l’enfant.

Date : les samedi 7 et dimanche 8 mars 2020
Lieu : Strasbourg

N’hésitez pas à les contacter directement si vous êtes intéressé(e).

Prochain atelier fratrie

Le prochain atelier fratrie aura lieu le samedi 21 mars 2020 de 9h30 à 12h30 à la Maison des Usagers du CHRU de Lille.

Nos adhérents dont les enfants sont concernés recevront la lettre d’invitation à cet atelier début février.

Cet atelier, animés par des bénévoles d’ALDAE (Accompagner le deuil à l’école) et Nos tout-petits formés à l’accueil d’enfants endeuillés, est destiné aux enfants de 5 ans révolus à 11 ans.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cette page.

 

Appel à témoignages dans le cadre d’un mémoire de Master autour du deuil périnatal

Nous relayons ici l’appel à témoignages de Marine Marro, étudiante en Master 2 de Psychologie Clinique Psychodynamique approfondie à l’Université de Mons (Belgique).

Dans le cadre de son mémoire de Master 2 sur “Le Vécu Subjectif des Pères lors d’un Deuil Périnatal”, Marine recherche des pères ayant vécu une perte périnatale et qui souhaiteraient partager leur expérience.

Nous vous invitons à consulter le  document joint pour prendre connaissance des modalités de participation.

Merci d’avance.

Émission radio de la RTBF sur le deuil périnatal

Le samedi 5 octobre à 12h00, la RTBF (radio belge) a diffusé dans son émission “Transversales” le reportage d’Amélie Tulet et Nicolas Vandeweyer sur les fratries confrontées au deuil périnatal. Les deux journalistes ont assisté à un atelier fratrie organisé par Nos tout-petits.

Il est disponible en replay sur le site internet de l’émission (vous pouvez le télécharger pour l‘écouter) ou en écoute direct via ce lien.

Dernière minute

Suite à des problèmes récents de parents endeuillés ayant eu un tout-petit né vivant puis décédé avant leur déclaration à l’état civil (Loi du 9 janvier 1993), il nous paraît important de faire la mise au point suivante :

  1. La loi du 9 janvier 1993 permet de doter un enfant né vivant puis décédé (avant qu’il soit déclaré à l’état civil naissance) d’un acte de naissance et ensuite d’un acte de décès, si un médecin établit pour lui un certificat médical d’enfant né vivant et viable.

  2. La circulaire DGS n°50 du 22 juillet 1993 donne aux médecins les conditions pour établir ce certificat
    Critères de viabilité à la naissance :
    La circulaire n° 50 du 22 juillet 1993 relative à la déclaration des nouveau-nés décédés à l’état civil a précisé cette notion afin, d’une part, d’éviter la déclaration de foetus de terme très bas qui auraient pu présenter quelques signes de vie et, d’autre part, d’obtenir des données cohérentes pour l’analyse épidémiologique de la mortalité néonatale. Selon les recommandations de l’OMS (1977), la limite basse pour l’établissement d’un acte de naissance pour des enfants nés vivants, retenue dans cette circulaire susvisée, correspond au terme de vingt-deux semaines d’aménorrhée ou à un poids de 500 grammes, à l’exclusion de tout autre critère, en particulier les malformations.
    Ainsi, le terme de viabilité est à entendre ici en notion de viabilité juridique aptitude à être considéré comme un « enfant » (seuil OMS 1977), citoyen, et non comme un nouveau-né présentant une aptitude à être réanimé et vivre (viabilité médicale)

  3. La circulaire du 19 juin 2009 présente en 1ère page les textes juridiques pris en référence. On peut y voir La circulaire DGS n°50 du 22 juillet 1993 toujours en vigueur …. Seule est abrogée celle de 2001 (qui ne concernait d’ailleurs que les enfants mort-nés)

Ne pas confondre :
VIABILITE JURIDIQUE (aptitude à être reconnu comme un enfant, un citoyen) et VIABILITE MEDICALE (aptitude à vivre ou à être réanimé).
Ainsi en droit français, on peut dire qu’un enfant mort-né est né viable (c’est ainsi pour le droit social s’il est né à > 22 SA ou si > 500g)